Performance, Stratégie et Veille

Les trois logiques de la performanceLa logique de la performance est confrontée à un double horizon de temps qui dicte des réponses spécifiques[1] …

►    La performance sur le temps court qui appelle une logique de positionnement. La recherche de l’efficacité maximum pour renforcer chiffre d’affaire et rentabilité est réalisée au travers de l’adaptation à l’état actuel du marché pour un meilleur positionnement.

►    La performance sur le temps médian qui appelle une logique de mouvement.  L’environnement devenant de plus en plus instable et imprévisible, il devient toujours plus difficile de se limiter à la seule logique d’adaptation. C’est dans la capacité de passer d’une position à une autre plus vite que la concurrence, soutenue par la démarche d’Innovation-Valeur[2], que réside l’avantage.
Mais le mouvement impose un recentrage nécessaire sur des points de repères clairs : les compétences stratégiques (clés) qui doivent être au service d’une vision stratégique explicite.

►      Le réseau. Le recentrage sur des compétences clés induit des choix d’externalisation et d’internalisation. Le partage judicieux d’activités (partenariats, alliances) au sein de la chaîne de création de valeur permet de concilier les logiques de performance temps court /médian.

La Veille, au service de ces logiques de développement, est orientée vers les dirigeants de PME, les responsables d’équipes /projets mais aussi de groupements (clusters, pôles, centres R&D). Sa mise en œuvre est articulée autour de trois séquences itératives.

CadrageCADRAGE

Contenu
Explicitation de la stratégie, de la chaîne de valeur, des activités et projets et des FCS.
Formulation des objectifs de l’entreprise et déclinaison en objectifs de Veille.
Analyse des pratiques, de l’expérience de Veille et des satisfactions /insatisfactions.

Livrable
Diagnostic de la situation, des besoins et des capacités. Formalisation de la ligne d’action.

ImplémentationIMPLÉMENTATION

Contenu
Ciblage des sources de perturbations qui affectent les objectifs.
Automatisation des tâches de collecte, filtrage sur mots clés, dédoublonnage.
Qualification de l’information, sélection, stockage-recherche, diffusion sélective.

Livrable
Sourcing: Identification-Sélection-Actualisation
Outils logiciels pour l’automatisation des tâches chronophages, en interne ou hébergés.
Organisation de la Veille : réseaux internes-externes de collecte-exploitation

ExploitationEXPLOITATION

Contenu
Identifier des solutions, comprendre les situations et anticiper les évolutions de l’environnement qui affectent les objectifs.

Livrable
Des alertes aux newsletters, des « curations » thématiques à l’état de l’art, de l’interprétation – pour caractériser les réponses envisageables – aux recommandations pour proposer les meilleures décisions (des achats à la R&D, de la logistique au marketing et à la stratégie).

BOITE A OUTILS DE LA VEILLE

Les démarches de recherche d’information et de Veille peuvent s’appuyer sur un ensemble d’outils gratuits ou a très faible coût permettant de mettre en place une veille efficace sans se ruiner (voir ici et ici).

Il s’agit selon le contexte et le moment d’informer en temps réel marché et segments, clients et comportements, concurrence et positionnement produits, opportunités de partenariats/alliances et émergences (brevets, technologies, produits …).

La boite à outils de la Veille implique de distinguer « Recherche » et « Veille »[3], du fait de leurs implications.

La recherche « à la demande », concerne une information qui existe déjà quelque part, qu’il s’agit de rassembler, d’analyser, puis de présenter sous forme de « résumé exécutif » pour décrire la situation. La recherche demande une bonne connaissance des divers outils d’identification de sources par type (commercial, concurrence, brevets, normes, détection d’affaires, marchés, technologie, fournisseurs, …),

 La veille est un processus de récolte d’information qui n’existe pas encore et que nous devons capter au fur et à mesure de sa publication. L’identification des sources pour une veille est donc souvent plus complexe, sa réalisation exige une approche et des outils particuliers pour assurer un suivi automatique. Elle débouche sur des interprétations de la situation (activité, projet) qui s’appuient sur des méthodes particulières.


[2] W. Chan Kim et Renée Mauborgne (2010), Stratégie Océan Bleu. « La stratégie Océan Bleu vous pousse à élargir la demande et à tourner le dos à vos concurrents ».

Ce contenu a été publié dans Actualité, Fondamentaux, Général, Veille et Intelligence économique, Veille stratégique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *